Le langage est la condition de l’inconscient

Sur le plan grammatical, le mot « inconscient » est un adjectif ou bien un substantif. Cette distinction grammaticale nous est utile pour examiner la notion d’inconscient sous deux éclairages complémentaires.

Inconscient (adjectif)

Le terme d’inconscient en tant qu’adjectif fait partie du discours ordinaire, et ne se limite pas au domaine du psychisme.

Le sujet humain n’échappe pas à la structuration par le langage, mais il en est inconscient — il n’en est pas conscient. C’est le « sujet de l’inconscient » que Lacan a introduit en instaurant la subversion du sujet, et qu’il distingue explicitement du sujet de la connaissance ou bien du sujet de la conscience, c’est-à-dire du sujet de la philosophie.

Le sujet humain est inconscient de son aliénation forcée au grand Autre, de même qu’Œdipe roi — figure caricaturale du sujet qui se croit conscient et qui croit savoir ce qu’il fait — ne sait pas ce que sait le signifiant et ne sait pas qu’il ne le sait pas. Comme Œdipe, tous les sujets humains sont à la fois conscients et inconscients, dans la mesure où le sujet se croit conscient alors qu’il est en fait inconscient de son inconscience.

Quoiqu’il soit inconscient du rôle aliénant du langage, le sujet humain éprouve par contre en permanence la présence de son corps qui conditionne son existence réelle. Il s’ensuit que les « références organiques » fournissent, dans la vie des sujets, une pléthore d’alibis complaisants et abusivement réunificateurs pour justifier les phénomènes psychiques de l’inconscient, et pourvoir ainsi à « une espèce de besoin de réassurance ».

Inconscient (substantif)

Le terme d’inconscient en tant que substantif est apparu dans le domaine de la philosophie. Il a été largement reforgé par Freud dans le domaine de la psychanalyse. Aujourd’hui, lorsque l’on parle de l’inconscient en psychologie aussi bien que dans le discours ordinaire, on fait habituellement référence aux notions freudiennes. À la suite de Freud, Carl Gustav Jung (1875-1961) a imaginé la notion « d’inconscient collectif » désignant des grappes d’idées inconscientes communes à des groupes humains. Lacan parle de l’inconscient collectif dans le Séminaire 1 (page 138) : « une classification générale des contenus […] ce que Jung appelle des archétypes […] La réalité est-elle constituée par cette projection libidinale universelle qui est au fond de la théorie jungienne ? », mais il n’utilise jamais ce concept jungien.

De même, bien que Lacan fasse souvent référence à la métapsychologie freudienne et au schéma freudien de l’appareil psychique dans lequel l’inconscient hébergerait une sorte de réservoir de souvenirs refoulés qui pousseraient à la répétition — et abriterait aussi le repaire de quelque chose qui tendrait à se reproduire —, Lacan n’a pas basé l’articulation principale de sa théorie sur le développement de ces concepts.

« Le langage est la condition de l’inconscient »

En conservant de la théorie freudienne l’hypothèse selon laquelle l’inconscient réunirait un faisceau de phénomènes psychiques échappant à la conscience, Lacan s’avère bien plus pertinent en stipulant que « le langage est la condition de l’inconscient » : les phénomènes inconscients sont des instances du langage, des « connexions de signifiants ». En tant que conséquence du langage qui est propre à l’homme, l’inconscient se montre spécifique au sujet humain aliéné à la structure signifiante.

Étant donné que « le signifiant est ce qui représente le sujet pour un autre signifiant », l’inconscient se situe comme le centre des mécanismes langagiers gouvernant les pensées et les interactions de l’inter-signifiance.

D’un point de vue strictement physiologique, le travail de l’inconscient résulte directement de processus cérébraux se déroulant sous la forme d’activités neuronales. Par conséquent, l’inconscient ne reste pas insensible au réel du corps — par exemple les rythmes biologiques ou les fonctions hormonales —, tandis que, inversement, les troubles psychosomatiques sont l’expression corporelle d’un stress psychologique se déployant dans les processus de l’inconscient.

Inconscient et mécanismes du langage

« L’inconscient a une structure de langage » signifie que les fonctions du psychisme humain s’effectuent dans l’inconscient par l’intermédiaire des mécanismes du langage. Par exemple, tous les ressorts de la psychologie et des relations dites « intersubjectives » : l’amour, la jalousie, la haine, l’agressivité, les rituels, les projets de vie, la sensualité et la sexualité, le pouvoir, la frime, les combines, la domination, les associations de personnes, les papotages et les commérages, la morale, la politique, etc. sont des effets de l’inconscient, c’est-à-dire de dénotations, de connotations, de métonymies, ou de métaphores entre signifiants, dont les productions gouvernent les péripéties du comportement humain.

Le conformisme métonymique constitue le mécanisme le plus couramment mis en œuvre par l’inconscient. L’identification, l’établissement des appartenances sociales, ou bien la parade pour atteindre les buts de la séparation, s’appuient sur les jeux d’imitations, de rapprochements, de similitudes, de différences, et de comparaisons explicites de la métonymie.

La connotation nuance le travail de l’inconscient de diverses intonations. Le changement de paradigme du sens métaphorique hisse les effets de l’inconscient au niveau du désir d’énonciation.

« Le langage est la condition de l’inconscient »

« Le langage est la condition de l’inconscient »

Références

Séminaire 17 : [page 45] Le langage est la condition de l’inconscient, c’est ce que je dis.

Écrits : [page 830] L’inconscient est un concept forgé sur la trace de ce qui opère pour constituer le sujet.

Écrits : [page 834] […] la présence de l’inconscient, pour le situer au lieu de l’Autre, est à chercher en tout discours, en son énonciation.

Séminaire 4 : [page 32] La référence au fondement organique ne répond chez les analystes à rien d’autre qu’à une espèce de besoin de réassurance […]

Séminaire 5 : [page 85] […] l’exercice du signifiant évoque par lui-même tout ce qui est de l’ordre de l’inconscient […]

Séminaire 9 : [séance du 13/12/1961] […] ce mot de pensée est présent, accentué dès l’origine par Freud […] pour désigner ce qui se passe dans l’inconscient.

Séminaire 18 : [séance du 13/01/1971] […] rien n’implique que l’irruption du discours de l’inconscient […] implique quoi que ce soit dans ce qui le précédait qui fût soumis à sa structure. Le discours de l’inconscient est […] l’émergence d’une certaine fonction du signifiant.

Séminaire 20 : [page 52] […] l’inconscient est structuré comme un langage. À partir de là, ce langage s’éclaire sans doute de se poser comme appareil de la jouissance.

Séminaire 21 : [séance du 11/06/1974] […] l’inconscient n’est pas une connaissance, c’est un savoir […] en tant que je le définis de la connexion de signifiants.


Inconscient et métaphore

La vision — sommaire et élémentaire — d’un inconscient qui serait le refuge de pensées refoulées n’attendant que l’occasion de se réaliser, conduirait forcément à se soumettre à une sorte de déterminisme psychique. Une telle conception serait fermée, car elle se bornerait à présumer que le cours de la vie d’un sujet soit déterminé par les contenus de l’inconscient, et se limite donc à un nombre fini de décisions de parcours.

Au contraire, si l’on adopte le point de vue de la structure du langage, l’inconscient s’affirme comme un processus de « connexion de signifiants ». Étant équivalent à la présence du langage, il donne au sujet barré l’accès aux mécanismes de la métaphore pour produire dynamiquement une infinité de perspectives inédites. L’indéterminisme de la métaphore et le très grand nombre de choix qui en résultent sont synonymes de liberté dans la création du sens. Pourtant, cette liberté demeure un luxe souvent inaccessible ou éphémère, non pas pour les raisons déterministes de l’inconscient freudien, mais simplement parce que l’inconscient préfère généralement les standards moutonniers et la routine rassurante des mécanismes métonymiques, se privant ainsi de l’étendue de la combinatoire métaphorique.

Étant équivalent à la présence du langage, l'inconscient donne au sujet barré l’accès aux mécanismes de la métaphore

Liberté de la métaphore

Références

Séminaire 5 : [page 49] [l’inconscient] recouvre de façon exhaustive ce que l’analyse linguistique nous permet de repérer comme étant les modes essentiels de formation du sens, en tant qu’il est engendré par les combinaisons du signifiant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :